L’ouverture à l’esprit

Au dernier repas, Jésus a promis le don de son Esprit. “J’ai encore beaucoup de choses à te dire”, dit Jésus, “mais ce serait trop pour toi maintenant. Lorsque l’Esprit de vérité viendra, elle vous conduira à la vérité complète, puisqu’elle ne parlera pas d’elle-même, mais ne dira que ce qu’elle a appris. Elle vous expliquera les choses à venir »(Jean 16,12-13). L’évangile de Jean appelle l’Esprit des temps futurs le Paraclet, l’interprète; parce que, dans les circonstances changeantes du futur, le message de Jésus devrait être réinterprété selon “les signes des temps”. Voir la note 1 ci-dessous.Et cet Esprit se manifesterait non seulement dans les dirigeants de l’église, mais dans tous les membres de la communauté de Jésus.

Voici ce que Paul a écrit à une communauté chrétienne typique: «Il y a une variété de dons mais toujours le même Esprit. . . On peut avoir le don de prêcher avec sagesse, donné par l’Esprit; un autre peut avoir le don d’instruction donné par le même Esprit; et un autre le don de foi donné par l’Esprit; un autre encore le don de guérir, par ce même Esprit; un, le pouvoir des miracles; un autre, la prophétie; un autre, le don des esprits éclairés; un autre le don des langues et un autre le don de les interpréter »(1 Corinthiens 12,4-10). L’Esprit parle, prie, agit à travers tous les membres de la communauté de foi.

La réalité de l’Église catholique d’aujourd’hui est que l’Esprit est réprimé de nombreuses façons. Les laïcs n’ont aucun canal pour exprimer leurs idées et prendre des décisions. Les théologiens sont muselés. La liberté d’expression à travers les médias religieux normaux est pratiquement inexistante. Même les conférences épiscopales et le synode central des évêques ne peuvent véritablement apporter leurs propres contributions. Les avertissements de Paul: “N’éteignez pas l’Esprit! Ne traitez pas le don de prophétie avec mépris! »(1 Thessaloniciens 5,19), ne sont pas écoutés du tout.

CADEAUX CHARISMATIQUES DANS L’ÉGLISE. . .

“«Ce serait faux si on supposait que l’élément charismatique de l’Église est réservé à son ministère officiel. . . Une telle conception serait totalitaire si quiconque pensait, explicitement ou tacitement, que l’Église ne pouvait se tromper dans aucun de ses actes; s’il était supposé que toutes les impulsions vivantes de l’Église ne peuvent provenir que de ses ministres officiels, toute initiative dans l’Église n’est légitime que si elle jaillit expressément ou au moins de manière équivalente d’en haut et seulement après son autorisation, que la direction du Saint-Esprit affecte toujours et dans tous les cas la fonction ecclésiastique, Dieu ne dirigeant son Église que par sa hiérarchie et que chaque émotion de la vie dans l’Église est le simple accomplissement d’un ordre ou d’un souhait «d’en haut». Une telle fausse vision totalitaire assimile inévitablement bureau et charisme, si une importance quelconque est laissée à ce dernier. Mais c’est juste ce qui n’est pas le cas. Car il y a des charismata, c’est-à-dire l’impulsion et la direction de l’Esprit de Dieu pour l’Eglise, en plus et à l’extérieur de son ministère officie” Karl Rahner Lisez plus ici.

Le Dieu de Jésus-Christ, qui défie toutes les structures de pouvoir, s’égare en présence de puissantes structures d’autorité qui exigent soumission et obéissance. . . Comment une communauté chrétienne qui se veut à l’image du Dieu trine peut-elle créer des églises et des sociétés d’inégalité, de domination et de contrôle? Si l’Église adorait réellement une Trinité composée de personnes égales dans une relation amoureuse, pourrait-elle instituer une église stratifiée, renforcée par une hiérarchie faisant taire la critique prophétique? Lorsque Jésus est perçu comme le Christ dont l’Esprit habilite tous les peuples à ne pas dominer les autres, mais à les animer, nous pourrions créer une église composée de personnes vivant en communauté, plutôt qu’une église hiérarchisée dans laquelle quelques-uns exercent un pouvoir sur plusieurs. Marie Louise UhrLisez ses mots ici!


Pour le Vatican, les dissidents de conscience sont une épine dans la chair. . . L’appel de conscience pose un dilemme au chrétien dans une église totalitaire. Bien que la tentation de laisser notre pensée morale se faire pour nous par le siège – le Vatican – soit très forte et que les déclarations du pape et de l’enseignement de l’Eglise doivent être sérieusement examinées, de tels éléments doivent être soumis à notre conscience avant d’arriver à notre décision de conscience personnelle.
Father Michael KeaneLisez en plus!


NOTE 1. Vatican II a souvent parlé des «signes des temps»:
*** «L’Église a toujours eu le devoir de scruter les signes des temps et de les interpréter à la lumière de l’Évangile. Ainsi, dans un langage intelligible à chaque génération, elle peut répondre aux questions pérennes que les gens se posent sur cette vie présente et à venir et sur la relation de l’une à l’autre. Nous devons donc reconnaître et comprendre le monde dans lequel nous vivons, ses explications, ses aspirations et ses caractéristiques souvent dramatiques. ” Gaudium et Spes § 4.

*** «Les prêtres doivent sincèrement reconnaître et promouvoir la dignité des laïcs et la part qui leur est propre dans la mission de l’Église. Et ils devraient tenir dans un grand honneur cette liberté qui est due à tout le monde dans la ville terrestre. Ils doivent écouter volontairement les laïcs, considérer leurs besoins dans un esprit fraternel, reconnaître leur expérience et leurs compétences dans les différents domaines de l’activité humaine, afin de pouvoir reconnaître avec eux les signes des temps. ” Presbyterorum Ordinis § 9.

*** «La plupart des constitutions ont déjà déclaré que la liberté de religion était un droit civil et qu’elle est solennellement reconnue dans les documents internationaux. . . Ce conseil le (la) salue avec joie comme parmi les signes des temps. ” Dignitatis Humanae § 15.